À la découverte des montagnes du Jura

juin 13, 2022 Jessica Paradis 0 Comments




Les montagnes du Jura se situent au nord-ouest des Alpes et s’étendent sur plusieurs départements : L’Ain, le Jura et le Doubs.

A l’occasion d’un road trip organisé fin de mai 2022, j’ai pu découvrir la Bourgogne-Franche-Comté (je ne me suis pas arrêté dans l’Ain en me concentrant sur les deux autres départements) qui m’était jusque-là totalement inconnue. Et j’en suis ravie !

Véritable bijou de la nature, cette destination saura ravir les voyageurs solos, comme les familles. Si je devais résumer cette destination très simplement, je vous dirais : Belvédères, cascades et lacs. Et un des principaux avantages de cette destination est qu’elle reste facilement accessible, grâce à de belles randonnées sans trop de dénivelé. Attention cependant, à rester bien chaussé : les chemins sont souvent glissants, surtout par temps humide.

Comme cela est devenu une coutume, j’aime garder une trace de ces voyages et ce, avec mon médium de prédilection : le croquis d’observation. Aussi, dans cet article, je vous partage les différents lieux que j’ai découvert, ce que j’en ai pensé… le tout illustré ;)


Si cet article peut vous inspirer ou vous donner envie de découvrir ce lieu, j’en serais plus que ravie ! Vous le savez, en tant que graphiste et illustratrice spécialisée dans la communication touristique, patrimoniale et culturelle, je suis toujours ravie de pouvoir promouvoir une destination ou une structure touristique.

 


Cascade des Combes - Trou de l’Abîme

Le premier arrêt de ce road trip s’est fait près de deux centres d'intérêts, situées non loin l’un de l'autre, et qui peuvent se visiter sans avoir à reprendre la voiture.

La Cascade des Combes est un bien joli endroit, accessible depuis un petit parking situé au bord de la route départementale D69. Il vous suffit de descendre une courte pente (mais un peu raide) pour admirer ce coin paisible.

En remontant ensuite jusqu’au Trou de l’Abîme, vous traverserez les Gorges de l’Abîme en passant diverses passerelles et escaliers. Après avoir traversé sa forêt, avoir admiré ses marmites de géants, vous arriverez au Trou de l’Abîme. Il semble alors improbable de s’imaginer que l’étendue d’eau qui se trouve devant nous atteint 45m de profondeur !

 

 

Cascade de la Queue de Cheval

 

A quelques kilomètres de Saint-Claude, cette cascade à deux étages offre un point de vue original en contre-plongée de cette chute d’eau de 70m de hauteur.

Le lieu est paisible et la balade, bien aménagée sous la forêt, vous permettra d’y accéder en une demi-heure.

 

Cascades de Flumen


Le programme de la seconde journée a été de se rendre aux Cascades de Flumen. A notre arrivée, un cadre incroyable nous attendait et ce n’est pas une cascade que l’on a découverte… Mais bien deux ! Havre de fraîcheur et dépaysement garantis. A ne pas manquer.

S’il semble possible de se garer non loin de l’usine électrique de Flumen et donc raccourcir la marche, j’alerte votre attention sur le fait que Google Maps conduit jusqu’au chemin de la Riotte, qui n’était pas praticable avec un véhicule. Après s’être garé, la balade a donc commencé par la traversée de plusieurs champs. Si cela n’est pas dérangeant en soit (le chemin de terre nous menait bel et bien à destination), je vous recommande de faire attention. Privilégiez le chemin de Foulessard si vous en avez l’occasion.



Le Grès, Septmoncel


J’adore les points de vue (même s’ils ne sont généralement pas faciles à dessiner).
 
Deux d’entre eux se trouvent dans une même zone géographique et se font face. Si le belvédère de la Roche Blanche est plus facilement accessible (parcours plus court et point de vue sécurisé par des barrières), je lui préfère celui du Grés, non loin de Septmoncel. Moins connu et plus sauvage, il vous donnera l’impression d’être au bout du monde.

Pour y accéder, garez-vous au sommet de la rue du Mont (à Septmoncel), à côté d’un terrain de foot. Vous n’aurez ensuite qu’à suivre les panneaux pour emprunter le bon sentier qui vous mènera sans difficulté majeure, jusqu’au terminus, où vous pourrez vous poser sur un banc installé sur place.

 



Lac de Vouglans



En traversant le Pont de la Pyle, j’ai été surprise par la couleur bleue turquoise du lac de Vouglans qui est digne d’une carte postale.

Initialement j’avais prévu de réaliser une petite randonnée non loin de là pour me rendre au Belvédère des Bourlaches donnant sur sur le lac. Finalement après une pause déjeuner sur la base de loisir du Surchauffant, j’ai préféré me poser sur la plage et profiter de la tranquillité des lieux.

Certaines personnes se baignaient déjà ou réalisaient des activités nautiques. J’imagine combien l’endroit doit être apprécié en plein été.

 

Lac de Bonlieu

Souvent lors d’un road trip, je prépare des itinéraires avec les lieux où je souhaite me rendre. Mais cela ne m’empêche pas quelques surprises.

Ici, c’est un panneau de signalisation, au bord de la route, qui a changé mes plans. Un “point de vue” était signalé à proximité et bien que je l’avais repéré lors de mes recherches préparatoires, le lac de Bonlieu n’avait pas été conservé dans mon programme final. Mais la curiosité a eu raison de moi… et c’est sans regret.

Je m’y suis rendue en fin d’après-midi, alors que le soleil commençait à descendre dans le ciel. Cela donnait à l’eau du lac de jolis reflets. Avec ces barques abandonnées et sa végétation généreuse, le cadre était très agréable et reposant. Je comprends pourquoi plusieurs personnes venaient se poser à proximité, le temps de profiter du spectacle quelques minutes.

Avant de repartir, continuez sur la route pour admirer la vue depuis le Belvédère de la Ronde. En grande amatrice de légendes issues du folklore, j’ai adoré découvrir l’histoire locale, grâce à un des panneaux disposés à côté du parking. Surtout ne le manquez pas !

 

 

Cascades du Hérisson

 

Considéré comme un des lieux incontournables du Jura, je ne peux m’empêcher d’être un peu déçue par rapport aux attentes que je m’étais faite sur ce lieu. Les cascades sont ce qu’elles sont, mais elles n’étaient pas aussi exceptionnelles que ce que j’avais pu voir sur internet. Avec le recul et après avoir discuté avec des locaux, j’ai pris conscience que la région souffrait de violentes sécheresses, ce qui peut aussi expliquer le faible débit d’eau. C’est d’ailleurs inquiétant, car ma visite avait lieu fin mai. Je n’ose imaginer dans quel état découvriront les voyageurs qui s’y rendront en plein été.

Les parkings qui se trouvent en haut du circuit (parking d’Ilay ou du Saut de la Forge) sont gratuits et si vous en avez la possibilité, je vous les recommande. En effet, bien que très bien aménagé, le parking du bas des Cascades est payant en période estivale. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas donné (10€ pour 3h de stationnement par exemple). Alors certes, le billet du parking donne accès au musée se trouvant au pied du parcours, mais cela reste un coût (trop) important à mes yeux. Je lui préfère donc d’autres découvertes réalisées dans le Jura : Plus sauvage, mais plus authentique.

Pour en revenir aux cascades du Hérisson, cela reste un lieu à voir. Notez que les montées peuvent être un peu raides pour les non initiés mais cela se fait. Cependant, j’imagine que le terrain est bien glissant après un temps pluvieux. Prudence donc !


Pic de l’Aigle, Belvédère des 3 lacs
et Belvédère des 4 lacs


Un coup de cœur !

J’aurais pu rester des heures à admirer le paysage sans me lasser, tellement j’ai apprécié la vue de ces trois belvédères. En particulier celui du Pic de l’Aigle qui est plus ouvert et permet d’apercevoir le Mont Blanc par temps clair.

Au départ du parking du Pic de l’Aigle, cette marche commence par une montée courte mais un peu importante… qui sera vite oublié une fois arrivée à destination. Il est ensuite possible de continuer la randonnée pour se rendre aux deux autres belvédères. Si la marche sous la forêt n’est pas sans grand intérêt, cela reste une balade agréable sous la végétation.

Sur internet, il était indiqué qu’il fallait prévoir :

Balade Pic de l’Aigle : aller/retour en 1 h.
Balade Pic de l’Aigle et Belvédère des 4 Lacs : aller/retour en 2h30.

A titre personnel (mais peut-être avais-je une marche trop soutenu et c’est sans compter la pause-croquis), j’ai réduis chacune de ces estimations à moitié (30 min pour le Pic de l’Aigle et 1h45 pour la grande balade)

 


 

Baumes-les-Messieurs

 

Pour changer, la sortie du jour consistait à se rendre à Baumes-les-Messieurs, qui est un charmant village qui se trouve dans une des plus célèbres reculées de la région. A découvrir sous différentes facettes.

1. Le Belvédère de Crançot : Grâce à un stationnement à proximité, il est possible de contempler aisément les hautes falaises qui forment le cirque de Baume.

2. Le Belvédère de Grange sur Baume : Idéal, pour apercevoir l'abbaye Saint-Pierre de Baume et l’ensemble du village du dessus. C’est d’ici que j’ai réalisé mon croquis tranquillement installé sur un banc mis à disposition.

Pour ce second point de vue, Google Maps m'a d'abord envoyé me garer en plein virage et descente (il y a bien un endroit prévu à cet effet mais le chemin de randonnée s'y trouvant ne semble pas emmener au belvédère). Ayant vu un panneau sur la route indiquant le fameux belvédère, j'ai donc repris le voiture et suis remontée jusqu'au village d'à côté. Là vous y trouverez un grand parking. Vous n'aurez qu'à faire quelques pas pour arriver au point de vue. Très chouette au passage !

Bonus : il y a des toilettes publiques non loin du parking, ce qui reste toujours pratique.

Après la vue depuis les hauteurs, plongez au cœur du village, pour en admirer la beauté d’une manière différente. Aussi, en vous enfonçant au fond du cirque, vous pourrez admirer l’originale Cascade des tufs, qui est très facilement accessible. Vous pouvez aussi pousser votre sortie en visitant les grottes de Baume-les-Messieurs se trouvant à proximité, mais que je n'ai personnellement pas testé.

 


Le Sapin Lyre

Si vous aimez les lieux insolites, l’arbre du Sapin Lyre vous surprendra !

Vous trouverez un petit parking en bord de route et il vous faudra ensuite grimper sur le chemin de forêt pendant 800 m. Un petit panneau vous indiquera où tourner pour voir cette curiosité de la nature.

 


Les Caves d’affinages Marcel Petite de Saint-Antoine


Le patrimoine, c’est aussi son terroir et ses produits locaux !
Visiter les caves d’affinages Marcel Petite de Saint-Antoine était une brillante idée.

Pendant 1h30, on est en totale immersion et on en apprend un peu plus sur le Comté. La dégustation mêlée à un petit jeu a réveillé certains de mes sens gustatifs et je crois n’avoir jamais autant savouré un morceau de Comté qu’à cette occasion. Pour finir la rencontre avec des goûteurs professionnels était très enrichissante ! Son savoir-faire est impressionnant et sa passion est indéniable !

Bref, je suis sortie ravie de cette découverte et ne peux que vous recommander ce lieu (réservation au préalable obligatoire).

 

 

Le Mont d’Or

 

Je suis persuadée qu’il aurait pu s’agir là d’un autre coup de cœur de ce séjour, si les conditions avaient été optimales. Car après avoir marché pendant quelques minutes, le paysage qui s’offre à vous est juste incroyable (avec les Alpes ♥ en fond !). Malheureusement, le temps était couvert lorsque je me suis rendue et l’orage approchait. 
Mais il est certain que c’est un point de vue où je me rendrais à nouveau, si je repasse dans le Doubs.

 

Château de Joux

 

Non loin de Pontarlier se trouve le Château de Joux. Cette forteresse se visite seulement au cours de visites guidées. Cette dernière s’avère très intéressante. En plus d’en apprendre sur son histoire, certains éléments de son architecture valent le détour. L'énorme escalier en colimaçon est impressionnant (il est utilisé dans le sens de la descente), mais le grand puits qu’on découvre vers la fin de la visite l'est encore plus… Il est si profond !

 

 

Source de la Loue

 

Un autre spectacle grandiose offert par la nature, à ne pas manquer ! Après une courte marche (environ 500m) sur route goudronnée, on arrive près de la source de la Loue, qui jaillit d'une grotte sombre et profonde. Très bien aménagé, le cadre est presque mystérieux. 
 
Si vous avez un petit creux, n’hésitez pas à vous arrêter au Chalet de la Loue, au pied du parking. L’équipe y est investie et vous propose plusieurs plats régionaux. Mention spéciale pour la crêpe au caramel au beurre salée qui était une réelle tuerie.

 

  


Où loger pendant ce séjour ?

 


Les montagnes du Jura s’étendant sur un territoire plutôt vaste, il vaut mieux découper son périple en différentes étapes. Voici personnellement les AirBNB dans lesquels j’ai logé et que je vous recommande tous : 


Secteur Saint-Claude : 

Logement entier Chez Marcolina


Secteur Le Frasnois : 

Gite au cœur des lacs


Secteur Ouhans :

Sous les toits de la source de Loue




J’espère que cet article vous aura plu et je vous remercie si vous avez lu jusqu’ici.
A très vite pour de nouvelles aventures !


0 commentaires:

23H de la BD 2022

mars 28, 2022 Jessica Paradis 2 Comments


Vous connaissez mon amour pour les créatures folkloriques (j'y ai consacré mon Inktober 2020), alors le thème des 23H de la BD de cette année n'était pas pour me déplaire, puisqu'il s'agissait de "Mythes anachroniques". 

La contrainte quant à elle, était : "
La couleur bleue doit être présente tout au long de l'histoire sous la forme d'un personnage ou d'un élément qui contraste fortement avec le reste."

Bref, c'était parti pour ce nouveau défi créatif, qui me pousse à concevoir un scenario de 24 pages entre samedi 13h et dimanche 13h (et vu qu'au milieu de la nuit, il y avait le changement d'horaire, ça donne 23h !). Je vous laisse tout de suite découvrir le résultat, qui met à l'honneur Toulouse.

Bonne lecture !



























Merci d'avoir lu jusqu'ici. Si vous souhaitez découvrir mes participations passées, les voici (cliquez sur l'image pour découvrir l'histoire réalisée) :

2 commentaires: