INKTOBER 2021 / Les acteurs du Tourisme


Chaque année, au mois d’octobre débute le challenge du Inktober qui rassemble de nombreux créatifs. 

Le concept consiste à produire chaque jour une illustration et la partager sur internet. Pour ma huitième participation, j’avais envie de relever un nouveau défi, avec une palette de couleurs un peu plus importante que les années précédentes.

Je suis graphiste et illustratrice et souhaite mettre en valeur ce qui fait la richesse des territoires dans mes projets professionnels comme personnels. Si l’an dernier, j’avais illustré les légendes de nos régions, j’espère vous faire voyager cette année, en vous présentant différents acteurs qui animent le tourisme. Et quoi de mieux, pour commencer cette nouvelle édition du Inktober, que les voyageurs et explorateurs, sans qui rien ne serait possible.



Mais pour partir en voyage, comment on se déplace ?

Il y a bien des façons de partir en exploration. 

Que vous voyagez avec votre propre voiture, ou que vous optiez pour des solutions plus collectives (Avion, train, bus, covoiturage...), il y en a pour tous les goûts.

Mon second dessin du mois met en avant quelques structures qui nous permettent de se déplacer.



Connaissez-vous l'oenotourisme ?
J’ai entendu ce terme pour la première fois en juin, lors d'une conférence sur le sujet, menée par Léna Anquetil et Marine Cessou. Elles expliquent bien mieux que moi, mais pour faire simple il s’agit d’une forme de tourisme qui se concentre sur la découverte des régions viticoles et du vin. 

Ce fut très intéressant et bien que de base, je ne sois pas une grande consommatrice d'alcool, j’ai voulu approfondir le sujet.

Très accessible lorsque je l’ai contacté pour en apprendre davantage sur l'oenotourisme, Marine a répondu à mes questions et m'a expliqué comment elle aidait les vignobles à développer une activité touristiques dans le monde vitivinicole. 

Son expérience au Mexique, où la découverte du vin se fait différemment qu’en Europe, lui permet une approche que je trouve innovante et très enrichissante. Si vous souhaitez en savoir plus (que vous soyez du domaine ou juste une personne curieuse comme moi), je vous invite très chaleureusement à découvrir son compte Instagram @avinoe_winetourism ainsi que son site internet et blog



Il y a tant d'artisans, mettant en valeur un savoir-faire authentique et d'excellence… 
Il est fascinant de découvrir auprès de ces personnes passionnées, la vision qu’elles ont de leur métier et quand cela est possible, de vivre une expérience qui permet de mieux saisir leur quotidien. Le label "Artisan du tourisme" a été créé dans cette optique de partage et de rencontre.

Pour illustrer le thème du jour, j’ai représenté un petit panel de ces métiers.

La céramique nécessite une justesse que j’ai toujours trouvé fascinante. C’est aussi une des premières activités qui m’est venue en tête lorsque j’ai décidé d’imager une activité d’artisanat.

Lors de mes dernières vacances à l’Aubrac, je me suis rendue dans les locaux de Laguiole et ai pu en apprendre plus sur l'histoire des couteaux et ai vu comment ils étaient montés. J’ai d’ailleurs appris qu’il ne suffisait pas que le terme “Laguiole” soit écrit sur l’outil pour s’assurer qu’il s’agisse d’un couteau authentique et français, puisque le nom n’est pas déposé à l’INPI. 

J’ai également voulu faire référence à la reliure, car l’an dernier, j’ai eu une conversation très enrichissante avec Cécile Coyer, dont c’est le métier. Je crois d’ailleurs que j’avais découvert son travail après qu’elle ait commenté une illustration de mon Inktober l’an dernier (la légende de Grand-mère Kalle avait attiré son attention) et je trouvais assez marrant de lui faire un clin d'œil, un an plus tard.

Bien que je n’ai jamais pu les voir de mes yeux, les souffleurs de verre me subjuguent. Je ne comprends pas encore comment ils travaillent et comment ils procèdent pour donner forme au verre. Alors c’est certain, un jour, j’irais à la rencontre de ces personnes pour mieux comprendre leur activité.



Le temps d’une visite…

Il est celui qui capte notre intérêt, alors même que nous pourrions être nombreux.
Il est celui qui commente le(s) lieu(x) que nous parcourons et nous enrichit de ses connaissances.
Il est celui qui nous nourrit de cette anecdote qui nous restera en mémoire et que nous adorerons partager autour de nous. 
Il est celui qui nous sensibilise à la préservation de notre patrimoine.

Aujourd’hui, je souhaitais mettre en valeur les guides / conférenciers que nous avons tous rencontré lors de nos différentes visites. Ceux qui ont répondu à mes questions lorsque je souhaitais en apprendre plus sur ce métier. Et aux futurs qui croiseront ma route, demain.



Que ce soit dans un groupe hôtelier, un gîte, une maison d'hôte ou dans un logement insolite, ce sont des incontournables de nos excursions de plusieurs jours : on s’y repose et on y dort.

Pendant plus de deux ans, au sein d’une agence de communication, j’ai travaillé au service d’hôtels de la chaîne Accor. Je réalisais les brochures, les affiches, les visuels pour réseaux sociaux, etc... 

Ce milieu hôtelier me plait et suite à cette découverte, je suis très honorée d’avoir pu réaliser des illustrations et flyers pour le gîte de la Maison Pascaline de manière plus indépendante. 

A l’heure actuelle, je n’ai pas encore travaillé pour un logement insolite (ni même testé le concept), mais j’espère pouvoir dire dans quelques années que j’ai accompagné une de ces structures dans leur communication.


Avec le recul, je me rends compte que mon intérêt pour le patrimoine (et notamment les danses qui en font partie) a commencé alors que j’étais très jeune.

Ma grand-mère vous racontera avec plaisir que j’adorais aller au bal de campagne avec elle et mon grand-père.

De mes 8 à 11 ans, j’ai fais partie de L'Escloupeto de Rodez, un groupe folklorique dans l’Aveyron. Si j’avais continué, j’aurais dansé avec les mêmes sabots en bois que mes aînés portaient (cela m'intimidait un peu). Le petit dessin de la petite fille sur la droite de l’illustration avec le foulard et la robe rouge, vous donne une idée de ce à quoi je ressemblais lorsque j’abordais ma tenue de représentation.

Lorsque j’habitais à la Réunion, j’ai évité de justesse l’apprentissage de la danse tahitienne, contrairement à bien d’autres enfants autour de moi. C’est à cet âge que j’ai préféré devenir spectatrice plutôt que danseuse (car en vrai, la danse, c’est pas trop pour moi).

Lors de mes études supérieures et pour valider mon BTS, il fallait faire ce qu'on appelait un projet professionnel : réaliser de manière abouti le projet de notre choix, comme s'il était réel. Pour ma part, ce fut la conception du site d'un festival des cultures du monde où je me rendais depuis plusieurs étés (Merci mamie encore !). J’adorais ce spectacle ultra qualitatif, qui mettait en avant des danseurs, des musiciens et même des chanteurs d’autres pays. Le temps d’une soirée, on était en immersion totale dans le folklore d’autres cultures.

Deux ans et demi plus tard, j'ai envoyé un mail aux organisateurs du festival pour présenter ce que j’avais fait durant mes études.

De fil en aiguille et après les avoir rencontré, c’est ainsi que j’ai commencé ma première mission freelance : J’ai réalisé le site internet de l’édition 2017 du festival des Cultures du Monde.

C’est aujourd’hui, après avoir analysé mon parcours, que je me rends compte comment tout peut être lié. Bref, vous l’aurez deviné, j’avais envie de mettre en lumière ces spectacles où danses traditionnelles et culturelles sont mises en avant.


Nous avons tous le droit à l’évasion.
Bien qu’il me reste bien des choses à découvrir, je suis heureuse de voir que des actions sont mises en place, pour permettre aux personnes en situation de handicap de profiter de leurs vacances au mieux. 

Rien qu’avec Linkedin, j’ai pu découvrir de superbes initiatives qui mêlent accessibilité et tourisme. 
Par exemple, Caroline Jules qui propose des formations et conseils pour l'accueil des publics handicapés dans les lieux culturels. Ou encore Marie Fournier, fondatrice de Handitourguide et guide conférencière-accompagnatrice spécialisée auprès de personnes en situation de handicap.

L'accessibilité et l'inclusivité sont des sujets importants, à ne pas négliger.
Si j’en ai la possibilité (et à mon échelle), j’essaye de m’investir dans ce sens, pour que mon travail et mes actions aient un impact positif.
Malheureusement, mis à part “Bonjour”/”Merci” (que je confonds je crois) et quelques lettres de l’alphabet qu'un camarade m’avait appris pendant notre temps libre au collège, je ne maîtrise pas la langue des signes. Mais si je ne me suis pas trompée, je nous apprends à tous, à dire “vacances” avec mon dessin du jour.
Saviez-vous que ma toute première expérience professionnelle (job saisonnier lorsque j’étais étudiante) avait consisté à être animatrice le temps d’un séjour pour des adultes en situation de handicap ? 
Quelques années plus tard, j’ai été honorée de travailler chez Tisséo Collectivité pour la création des visuels du métro toulousain. Ces images ont été conçues pour permettre aux personnes en situation de handicap de se déplacer de manière autonome.

Aujourd’hui, et bien que ça ne concerne pas directement le tourisme, je suis très heureuse de travailler avec le CAMSP 63, qui accompagne les familles dont les enfants en bas âge présentent un risque ou un handicap avéré de registre psychomoteur, sensoriel ou mental.
Bref, j’espère que ce n’est que le début et que d’autres opportunités se présenteront à moi, à l’avenir.


Début octobre, j’assistais à mon second Instameet, organisé par le département du Tarn et Garonne et du Quercy Caussadais. Cet événement réunit des influenceurs / instagrameurs / passionnés du tourisme autour d’un lieu. Naturellement, le sujet de mon Inktober m’est venu comme une évidence.

Avec leurs photos, leurs vidéos, leurs blogs, ou leurs comptes Instagram… Ils partagent leurs expériences et nous donnent envie de nous évader à notre tour. Alors peut-être comme moi, vous planifiez vos propres visites et séjours, en vous inspirant des recommandations de ces ambassadeurs du web, qui parfois, nous permettent de découvrir des pépites sorties des sentiers ultra-fréquentées.

Je souhaite remercier @elsa_cyril (rencontrés lors de mon premier Instameet à Montech) et @le_boudu_monde (qui m’a permis de découvrir le concept des Instameet) qui m’ont autorisé à m’inspirer d’une de leurs photos pour réaliser cette illustration. Je vous invite chaudement à aller découvrir leurs comptes si ce n’est pas déjà fait :)


Aaaah les parcs d'attractions et les parcs à thèmes

Que l’on soit petit ou grand, ils permettent d’oublier les soucis du quotidien, au profit du divertissement. Souvent, l’immersion dans un univers y est complète et entre deux manèges, spectacles ou montagnes russes, nous pouvons croiser des mascottes (Mickey, pour Disney, Astérix pour le parc du même nom) y faisant référence.

Quel est votre parc préféré ?
On m’a souvent vanté Europa-Park et le Puy du Fou, mais en attendant de m’y rendre, je vous dirais avoir une préférence pour le célèbre parc DisneylandParis.



A chaque saison, leurs couleurs.
A chaque saison, leurs paysages.

Souvent fréquentés au printemps, lorsque la végétation est pleine floraison, les parcs et jardins sont pourtant des lieux à découvrir toute l’année. 

On peut retrouver quelques-unes de ces pépites notamment grâce au label « Jardin remarquable », instauré en 2004 par le Ministère de la Culture. En 2020, 448 jardins étaient labellisés, mais leurs nombres devraient augmenter dans les années à venir.

Personnellement, j’avais eu un énorme coup de cœur pour le jardin d'Etretat, lors de mon séjour en Normandie, au début de l’année. 



Découvrir le savoir-faire agricole d’un territoire, c’est possible avec l'agritourisme (aussi nommé Agrotourisme). 

A travers, une visite et/ou une animation dans une ferme, une découverte gustative, un séjour sur place ou une mise en valeur des produits du terroir ; les visiteurs peuvent faire connaissance avec une forme de tourisme grandissante (parfois mal-aimée) où authenticité et rencontre sont les maîtres mots.



Et si nous allions nous détendre dans des eaux chaudes ? Reconnues pour leurs différentes vertus (remise en forme, anti-stress, cures médicales), les séjours thalasso, balnéo, spa ou de cure thermale partagent des objectifs communs.

Certaines personnes profitent de leurs bienfaits le temps d’une journée, d’autres s’y rendent pour des séjours bien plus longs. 
Vous êtes plutôt de quelle équipe ?

Le saviez-vous ? La  source du Par, qui sort à Chaudes-Aigues dans le Cantal, bat le record de la source d’eau naturelle la plus élevée d’Europe. En effet, elle peut atteindre les 82°C !



J’ai l’impression que le cyclotourisme est en vogue ces dernières années. 

D’un côté, cela se comprend totalement. Souvent associé au tourisme itinérant, il permet la découverte de nouveaux paysages, tout en se maintenant en forme. Pédaler pour se déplacer n’est pas polluant et contribue aussi à la préservation de l’environnement. 

De plus en plus de voies sont aménagées pour permettre aux voyageurs désireux d’enfourcher leurs bicyclettes le temps d’un itinéraire, de voyager de manière sécurisée. 

Et c’est tant mieux ! Moi-même, j’ai déjà partagé l’envie de parcourir le Canal du Midi en vélo sur ce compte Instagram. 

Avez-vous déjà tenté l’expérience et avez-vous des conseils particuliers à partager ?



Réaliser cette illustration a été une de celles qui m’a mis le plus en difficulté, depuis le début de ce défi. Pas parce que le sujet manquait d’intérêt. Tout au contraire, j’avais à cœur de mettre en avant les offices du tourisme dans cette série sur les acteurs du tourisme... Mais parce que je ne savais pas trop comment m’y prendre pour évoquer le travail de ces personnes qui mettent en lumière, les spécificités de nos villes/villages et régions.

Je me suis donc inspirée des échanges que j’ai pu avoir jusqu’à aujourd’hui. L’idée globale que j’ai pu retenir, c’est qu’ils étaient un peu comme le relai de toutes les offres d’un même territoire. Auprès des voyageurs, mais pas seulement. Et qu’ils agissaient sur des médias très variés : en direct avec la population, sur les réseaux sociaux, à la radio, à la télévision, etc… Tout cela dans un but commun : l’envie de partager et de vous faire découvrir leurs trésors qui les/nous entourent.

J’espère que ces explications vous aideront à comprendre pourquoi j’ai réalisé cette illustration de cette façon et que j’aurais réussi à la retranscrire de manière juste, malgré la difficulté de l’exercice.



Pour la journée mondiale de l’alimentation, le thème du jour était tout trouvé. Qui plus est, les secteurs de la restauration et du tourisme comptent parmi les plus prolifiques en France. Impossible de ne pas y faire référence durant ce mois où les acteurs du tourisme sont à l’honneur.

Ils égayent déjà nos papilles au quotidien lorsque nous nous asseyons à leurs tables. Durant nos vacances, nous apprécions tout autant (ou plus ?) ce service qui nous fait déguster (voir découvrir) de bons repas. Parfois des expériences culinaires, d’autres fois des valeurs sûres... Il y en a pour tous les goûts (c’est le cas de le dire !). 



Ce sont des lieux de culture par excellence. 

Chaque musée peut avoir une thématique différente (se spécialiser sur un artiste, une époque, un sujet…), mais à chaque fois ce sont des endroits qui réunissent les travaux artistiques d’hommes et de femmes.

A titre personnel, je trouve qu’une visite est encore plus intéressante lorsqu’elle est guidée (je vous renvoie à l’illustration n°5 de cette série). Les anecdotes qui se cachent derrière l’art nous aident à mieux apprécier un tableau / une sculpture.

Si vous ne le saviez pas, chaque premier dimanche du mois, certains musées sont accessibles gratuitement. C’est une bonne astuce à connaître !

Sauriez-vous reconnaître les références de cette illustration ?



Avec ce défi, j’espère approfondir mes connaissances sur les acteurs du tourisme, pourquoi pas faire de belles rencontres, mais également faire des découvertes. Depuis le 1er Octobre, je poste mes illustrations quotidiennement, que ce soit sur Facebook, Instagram et Linkedin. Je remercie tous ceux qui prennent le temps d’aimer mes illustrations, qui laissent un commentaire ou/et qui partagent mon travail autour d’eux, car ces attentions sont des boosters qui aident à tenir et à rester motivé en pleine course.

Le dessin du jour, c’est le commentaire d’une personne sur Linkedin qui me l’a inspiré. Rappelez-vous, au jour 2, j’ai mis en valeur différents moyens de transports en commun. On m’a alors parlé du tourisme fluvial. Et en effet, c’est un sujet qui mérite bien sa propre illustration. Pour reprendre les mots de cette personne, la France dispose du plus grand réseau européen de canaux, fleuves et rivières. J’ai creusé un peu le sujet et ai parcouru le site du VNF (Voies navigables de France) et ai lu une étude fort intéressante.

En cours de route, j’ai pensé aux péniches que j’ai souvent dessinée lors de mes balades le long du Canal du midi (et pour le projet mené avec Tisséo Collectivités). J’ai revu la Pente d'eau de Montech , découverte cet été, avec le département du Tarn et Garonne et dont j'ai déjà partagé les croquis sur Instagram. J’ai pensé aux diverses ponts qui enjambent l’eau ou ceux qui, comme celui d’Agen, permettent de faire passer le canal au-dessus d’une autre rivière. J’ai imaginé les croisières plus importantes, les bateaux promenades, les péniches-hôtels… et toutes ces choses qui donnent vie au tourisme fluvial



Pour promouvoir nos futures destinations de voyage, ils sortent leurs plumes et trouvent les bonnes tournures qui sauront attirer notre attention et créer du lien. Derrière ces textes, un travail de recherche et de documentation est très souvent réalisé en amont, pour proposer un contenu juste et/ou apportant de la valeur. 

Les mots sont leur terrain de jeu et j’avais très envie de mettre en lumière ces métiers parfois invisibles : Les rédacteurs, les copywriters... Dans la mesure où ils se fondent parfois dans la peau d’une structure touristique, leur présence n'est pas toujours perceptible, alors que c’est leur travail qui inspire nos futures vacances. 

Je remercie Lise McKeivor, que j’avais découvert l’an passé lorsqu’elle avait mis en lumière des villages et monuments historiques de France, pendant tout le mois de Novembre (une sorte du Inktober, mais avec des mots). Elle a accepté de répondre à mes questions pour m’aider à mieux comprendre ce métier.

Au début du mois, j’ai également pu échanger avec Evasions bordelaises, qui rédige des textes présentant des escapades régionales ou internationales, notamment (entre autres) pour un magazine de l’aéroport de Bordeaux ! 

Ces deux rencontres ont été très intéressantes et enrichissantes et c’est elles qui m’ont inspiré pour cette illustration.



Ce 20 octobre, c’est la journée des statistiques. 

Et l’activité qui me semblait bien correspondre à cette journée était celles du Data Scientist et du Yield Management. Si comme moi, vous ne connaissiez pas ces termes, avant l’Inktober, je vais essayer de vous expliquer ça simplement. 

Comme on peut s’en douter, vu le thème de la journée, les Data Scientist analysent les statistiques, notamment dans le domaine touristique. Grâce à ces données chiffrées, ils peuvent aussi estimer les futures tendances de voyage et définir la cible des futures campagnes marketing ou focaliser leurs efforts de marketing sur un domaine/lieu/support particulier plutôt que s’éparpiller dans différents sens. 

Le Yield Management consiste à établir une stratégie de tarification basée sur la vente “au bon client, au bon moment et au bon prix”. Vous avez sans doute remarqué que les tarifs pour partir en vacances ne sont pas les mêmes lorsque vous partez en haute ou basse saison. Tel est le rôle du Yield Manager, pour optimiser au mieux le rendement de leurs prestations.

Il y aurait très certainement de quoi approfondir encore, mais cette présentation rapide vous permet de découvrir une autre facette du tourisme (un peu plus business)



Je connaissais le principe de la “Nuit européenne des musées” qui permet de (re)découvrir certains lieux culturels dans une ambiance nocturne. Ce que j’ignorais, c’est qu’une expérience un peu similaire était organisée dans certains châteaux de France (mais pas seulement ; la Suisse, la Belgique et l’Espagne participent également) à l’occasion de “La Nuit des Châteaux”. D’ailleurs, la troisième édition de cette soirée insolite a lieu ce samedi 23 octobre.

En plus de nous faire découvrir autrement (avec des visites contés, à la bougie ou à la chandelle…), participer à un tel événement nous permet d’œuvrer à la conservation du patrimoine : 90% des recettes seront utilisées pour la préservation des monuments visités.

La France compte un grand nombre de châteaux et leurs présences de ces monuments parmi les acteurs du tourisme sonnaient comme une évidence.

Quels sont les plus beaux châteaux que vous avez pu visiter ?



Ne dit-on pas que la France est le pays du fromage ?

Avec plus de 1000 fromages différents, il est le pays qui compte le plus grand nombre de produits protégés. C’est d’ailleurs pour cela qu’il existe des routes du fromage, qui encouragent les curieux à les découvrir. Grâce à ces itinéraires, il est possible d’explorer des paysages variés et déguster les produits du terroir !

J’ai souvent lu que c’est ce qui manque le plus aux français expatriés…
Ce serait le fromage !

Alors dites-moi tout.
Quel est votre fromage préféré ?

Je crois que pour ma part, c’est le rocamadour. Mais je ne dois garder qu’un seul souvenir lié au fromage, ce serait les diverses visites réalisées dans les caves de Roquefort (qui fêtera ses 100 ans en 2025 si je ne me trompe pas), dans l’Aveyron, lorsque j’étais enfant. Il faut vraiment que je revive cette expérience avec mes yeux d’adulte.




C’est le début des vacances scolaires et pour les enfants/adolescents, c’est l’heure des vacances de la Toussaint. Pour certains, cela signifie départ dans une colonie de vacances, un camp scout ou une classe de découverte. Aujourd’hui, le catalogue de séjours est si varié (prestations, activités, forfaits, et thématiques), qu’il est possible de trouver les vacances qui nous correspondent le mieux (nous ou celles de nos enfants).

À titre personnel, je ne suis jamais partie en colonie, mais même adulte, les colonies à thème Harry Potter me font rêver. J’aurais adoré être immergé dans cette ambiance (Poudlard, la magie, etc.) pendant plusieurs jours ! Bon d’accord, on n’est pas trop dans la découverte du patrimoine (et encore… le patrimoine de Grande-Bretagne peut-être), mais en toute franchise, cet univers continue de me voyager, même des années après.



Savez-vous où vous partirez lors de vos futures vacances ?
Est-ce que leurs organisations sont quelque chose qui vous prend du temps et dont vous vous passerez bien ?

Si c’est le cas, j’aimerais vous présenter deux concepts qui pourraient changer votre manière de faire.

Tout d’abord, faire appel à un(e) Travel Planner, libère l’esprit car c’est lui/elle qui se charge de tout organiser. Par exemple, Pauline de “Voyages à votre image” réalise des itinéraires de voyage sur mesure (logement, activités, transfert, aide administrative...) au meilleur prix, selon vos envies. Grâce à son expérience, elle saura trouver pour vous les meilleurs bons plans et combines et veillera à ce que votre voyage se passe dans des conditions optimales.

Ensuite, j’ai adoré le concept “En Immersion qui encourage les voyageurs à découvrir des territoires trop méconnus en France, en partant à la découverte des habitants. Loin des sentiers battus, le temps d’une journée ou de quelques jours, les voyageurs sont invités à découvrir le quotidien des locaux. Qu’ils soient éleveurs, chefs, artisans, artistes, géologues ou photographes, ils vous partagent leurs savoir-faire et proposent des activités adaptés à la saison.

Bref, n’hésitez pas à vous renseigner sur ces deux concepts !



Un peu boudé ces deux dernières années (crise sanitaire oblige), le tourisme urbain a la particularité de réunir différentes activités dans de grandes villes (mais aussi les villes moyennes).

Nous avons tous déjà visité une ville, en parcourant ses rues, ses monuments, son patrimoine…

Souvent représentée comme une des villes les plus visitées au monde, Paris attire chaque année les foules. Mais pour cette illustration, j’ai aussi opté pour d’autres villes, où je me suis rendue depuis le début de l’année.

Vous reconnaîtrez peut-être la basilique Notre-Dame de la Garde de Marseille, pour représenter la région provençale.

En mai, j’ai passé quelques jours à Nantes et les machines de la ville ont marqué mon esprit.

Enfin, je ne pouvais pas ne pas représenter Toulouse, que je côtoie depuis 2009 et dont je vous vanterais les qualités.

Mais si vous me demandiez quelle est ma ville coup de cœur, je vous dirais avoir adoré mes différents séjours à Londres.



Je n’ai jamais skié !
...
Du moins, pas encore.

Ça fait deux/trois ans que c’est au programme, mais diverses choses ont fait que… ça n’a pas été fait ! ^^’

Et tout ce qui est lié au Covid (foutu Covid) ne devrait pas aider pour la saison à venir.

Mais j’ai hâte de découvrir tout ce qui est lié à l'univers hivernal : partir quelques jours dans les montagnes, faire des croquis (pleins) au coin du feu, admirer tous les chalets du coin, manger des raclettes du matin au soir, galérer avec une paire de ski, préférer descendre sur les fesses et bien faire d’autres activités spécifiques des montagnes.



Si pour vos balades/vacances, vous optez plutôt vers la nature, vous n’êtes pas sans savoir qu’elle est fragile et mérite d’être protégée/préservée. 

Avec le dessin du jour, je souhaitais mettre en avant le travail d’organismes comme l’ONF (Office National des forêts), des réserves naturelles ou de Nature en Occitanie, qui étudient les espèces animales et florales pour définir leur état de conservation, et qui essayent de sensibiliser tous les publics sur leurs présences et intérêts. Ce sont parfois eux qui aménagent les forêts et autres lieux pour nous permettre de découvrir les merveilles de la nature, de la manière la plus respectueuse possible pour l’environnement.



N’étant jamais entré dans un Casino, j’ai sans doute une vision de ces lieux stéréotypée par les représentations que j’ai pu voir dans les films et les réseaux sociaux. Ce qui est certain néanmoins, c’est que les retrouve régulièrement dans des stations touristiques : balnéaires, thermales, etc. Il me semblait donc logique de faire apparaître cet univers, parmi les acteurs touristiques.



Montgolfière, canoë, escalade, kayak, parapente… Ces activités de loisirs sont à faire le temps de quelques heures. En week-end, ou en vacances, elles permettent souvent de découvrir des paysages de manières atypiques (en hauteur, au fil de l’eau… de manière sportive ou non). Quelle est votre préféré ?



J’adore randonner
Lorsque j’habitais sur l’île de la Réunion, j’ai pu découvrir de magnifiques paysages (Mafate, Cilaos, le Piton de la Fournaise...) avec mes parents lors de nos diverses excursions. Aujourd’hui, je (re)découvre cette activité en métropole, principalement dans les Pyrénées de par ma proximité avec elles. 

Peut-être qu’un jour, je partirais sur plusieurs jours pour réaliser un GR (Sentier de Grande Randonnée). Cela doit être une expérience unique !

D’ailleurs, c’est la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (aussi surnommé FFRandonnée) qui crée les sentiers de Grande Randonnée, en veillant à ce que les chemins soient intéressants et fiables et négocient les droits de passage, lorsqu'ils empruntent des terrains privés... C’est également eux qui les entretiennent et défrichent quand cela est nécessaire.

Pour préparer sa future randonnée, il y a bien des façons de procéder. Entre les informations disponibles sur internet, les topoguides à trouver en librairie, les cartes IGN… Vous trouverez très certainement votre bonheur (près de la mer, en montagne, etc.)



Il est temps de clôturer ma huitième participation au Inktober.
Cette année, on mettait en avant celles et ceux qui sont des acteurs touristiques.
Et cette série d’illustrations s'achèvent avec une activité qui m’est très familière… Puisque c’est ma mienne : La communication !

Pour promouvoir les différentes offres touristiques, il est important de communiquer sur elles. Je suis graphiste et illustratrice et je me spécialise de plus en plus dans la communication touristique et culturelle. C’est quelque chose qui m’anime et qui me semble très logique lorsque j’analyse mon parcours jusqu’à aujourd’hui.

D’abord, mon attrait pour les territoires est sans doute dû au fait que j’ai beaucoup déménagé dans mon enfance. Je ne me considère de nulle part. Je me considère de partout.

Durant mes études supérieures, j’ai imaginé les deux projets qui allaient me faire entrer dans le monde professionnel : Premièrement, en designant le site internet d’un festival sur les cultures du monde. Deuxièmement, en réalisant les visuels du métro toulousain, qui en plus d’aider un public spécifique, viennent raconter l’histoire de la ville.

Mon parcours s’est ensuite enrichi d’une expérience en agence, au service d’hôtels de la suite Accor (Pullman, Mercure, Novotel…). J’y ai appris à produire des supports de communication très variés : flyers, brochures, affiches, visuels pour les réseaux sociaux.

Ces expériences avec le milieu hôtelier ont été complétées par d’autres missions freelances et pratiques personnelles : réalisation d’un logo pour une association audiovisuelle occitane, réalisation de croquis dans différents lieux, participations à des défis créatifs comme le Inktober, les 25h de la BD...

Je suis très heureuse du parcours réalisé et ce n’est que le début.

Bien d’autres projets m’animent et serais plus qu’honorée de contribuer à travers mes compétences à la valorisation des spécificités d’un lieu. Nous l’avons vu durant ce mois d’octobre, les acteurs du tourisme sont nombreux et j’adorerais échanger avec vous si votre activité a un lien avec le tourisme, le patrimoine ou la culture.

Merci à tous ceux qui m’ont suivi (de près comme de loin) durant ce mois d’octobre 2021. J’espère que cette édition du Inktober vous aura plu. Comme chaque année, j'aimerais demander quels ont été vos 5 dessins préférés. Dites-le moi dans les commentaires ♥

Découvrez mon propre top 5 en sélectionnant le texte ci-dessous :
1 - Jour 30 (randonnée)
2 - Jour 18 (tourisme fluvial)
3 - Jour 3 (l'oenotourisme)
4 - Jour 21 (les châteaux)
5 - Jour 14 (cyclorourisme)

Pour (re)découvrir mes participations précédentes, cliquez sur l'année souhaitée :
édition 202020192018201720162015 et 2014 !

A très vite pour de nouvelles aventures !

25h de la BD 2021


Depuis plusieurs années maintenant, je participe à des défis créatifs. Mes proches le savent et cette fois-ci, ils ont été les premiers à me parler des 25h de la BD (pour savoir si j'allais participer ou non). Il faut dire qu'il existe un mémo technique pour savoir quant à lieu l'événement : C'est lors du passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver. 

C'est ainsi que je me suis retrouvée du samedi 13h au dimanche 13h (25h avec le décalage horaire), à réaliser 12 pages de bande dessinée, à partir du thème "Briller de mille feux" et de la contrainte suivante :  "Faites apparaître une espèce (faune ou flore) menacée/protégée dont le nom scientifique et le nom commun sont cités à la manière d’un documentaire animalier."

Je vous laisse découvrir ma participation ci-dessous.













Merci d'avoir lu jusqu'ici. Si vous souhaitez découvrir mes participations passées, les voici (cliquez sur l'image pour découvrir l'histoire réalisée) :